EXPOSITION D'ART CONTEMPORAIN D'AMÉRIQUE LATINE

DIVERS / SPECIAL GUEST: BRAZIL

23 janvier au 28 février 2019

Vernissage: 23 janvier 2019, 17h00-20h00

Exposition: 23 janvier au 28 février 2019, du lundi au vendredi, de 9h00 à 18h00 (fermé la semaine du 18 février 2019 jusqu'au 25 février inclu)
 

Cette exposition a pour but de donner une grande visibilité aux arts plastiques issus de différentes contrées du monde. Cette année c'est l’Amérique du sud qui sera mise à l'honneur. L’objectif est d'établir une présence réelle de l'Amérique latine sur la scène artistique mondiale et plus particulièrement en Suisse, notamment à Genève, et singulièrement à l’Ecole Internationale de Genève.
 
En Amérique latine une vitalité plastique réelle est née de la forte relation que son peuple entretient avec la religion, la politique et le pouvoir, échos d’un passé récent, d’une histoire tumultueuse qui, de nos jours, ne cessent de résonner. 
 
Nous allons découvrir cette vitalité à travers le travail de nos artistes invités.
  • Britto Velho (Brésil), peintre. Velho a commencé sa carrière à Buenos Aires, où il a fait des études d'art. En 52 ans de profession artistique, il a fait cinquante exposition, dont plusieurs dans les musées les plus connus du Brésil. La couleur est sa muse, dans laquelle il perçoit un beau voyage et par laquelle il a été qualifié de "peintre aux impossibles couleurs".
  • Cleide Saito (Brésil), peintre. Née dans un famille brésilienne et japonaise, Saito a obtenu son diplôme d'art en 1985. Elle vit et travaille désormais en Suisse depuis 1994. Dans ses œuvres, elle évoque des mondes imaginaires à la fois magiques et ludiques, dans lesquels harmonie, spontanéité, douceur et pureté des formes s'inspirent des mondes que nous connaissons, qu'ils soient aquatiques, végétaux ou animaliers. 
  • Géraldo Pestalozzi (Brésil), photographe. Cet artiste suisse né au Brésil a étudié l'ingénierie, l'architecture, l'informatique, les arts du spectacle et la photographie. Sa passion ? Capter à travers son objectif les moments de la vie, les observer en silence pour finalement les saisir instantanément, en un seul clic.
  • Gilberto Perin (Brésil), photographe. Avec un Bachelor en communications sociales obtenu à l'Université pontificale catholique de Rio Grande do Sul, Perin a pris part à un certain nombre d'expositions individuelles ou collectives au Brésil et ses alentours. Ses photographies ont aussi été publiées dans des journaux et magazines brésiliens et internationaux. La photo représente pour lui un moyen de réfléchir à sa relation avec la vie, incluant ses sentiments et ses doutes. 
  • Hector Lopez (Porto Rico) 
  • Lucía Dalenz Lorieto (Uruguay), peintre et photographe. Dalenz Loriento possède un diplôme en sciences de la communication de l'Université bolivienne catholique et a, de plus, une maîtrise en relations internationales et politiques internationales de l'Université de Manchester. Chercheuse dans le domaine de l'esthétique et de la politique féministes, elle est une grande supportrice de l'artivisme pour la promotion de l'égalité des genres. 
  • Marisa Kasterine (Pérou) 
  • Nilton Santolin (Brésil), photographe et graphiste. En commençant sa carrière en 1984, Santolin a travaillé sur plusieurs projets, en mêlant toujours le regard du photographe à l'esthétique de la publicité. Ses œuvres représentent des scènes de la vie quotidienne dans l'architecture de villes brésiliennes, son but étant de laisser un impact sur les gens par la lumière ou par l'étrangeté d'une image. 
  • Pablo Osorio (Colombie) 
  • Rocio Alcaman (Chili), artiste. Actuellement membre de l'Espacio Gallery (Londres) et de l'Atelier GE grave (Genève), Alcaman travaille sur les concepts d'évolution, d'instabilité et de rêve éveillé, à partir desquels elle produit des dessins, des estampes, des peintures, des installations et de l'art numérique.
  • Tania Moya (Colombie)
Les artistes invités mettront en valeur la diversité, les singularités, la sophistication des relations avec le monde, la réémergence des traditions et la création de liens entre espaces et époques. Ainsi l’attachement au territoire, les notions de questionnement sur l’identité et la forte présence du souvenir sont mis en symbiose pour nous présenter les reflets actuels de la réalité artistique contemporaine de l’Amérique du sud. Les artistes sélectionnés viendront présenter ce regard à travers une grande variété de médias : photographie, peinture, sculpture, installation, et œuvres vidéo.
 
Une place spéciale sera réservée au retour du projet d’échange artistique avec le Musée d’Art de Rio Grande du Sud (MARGS) à Porto Alegre au Brésil, qui a permis aux élèves de l'Ecolint de confirmer leur aptitude à configurer une nouvelle existence poétique de la vie quotidienne en travaillant sur la thématique de la mobilité des personnes, des objets et des origines.
 
Le vernissage inclura un interlude musical de Washington Espinola, un artiste qui fait du jazz brésilien et des chansons MPB à la guitare acoustique. Espinola est né à Joao Pessoa, Paraiba, Brésil. Avec 18 albums enregistrés depuis 1992, Washington Espinola a aussi joué dans plusieurs festivals internationaux à Montreux, Innsbruck, Rome, Porto, Manchester, Marignac, Slovénie et beaucoup d'autres. Il chante en portugais et en anglais et il est aussi un compositeur qui touche à de très différents styles, que ce soit de la bossa-nova. du jazz, du reggae, du blues ou de la pop-rock. Washington Espinola a récemment sorti un nouvel album nommé Citizen 18, qui est, comme ses autres albums, disponible sur Spotify, Deezer, Google Plus, OneRpm et Apple Music.